Port du burkini en France : une appli de rencontres entre musulmans fait polémique, la justice saisie

Muzz s’offre une publicité polémique en se faisant défenseure des musulmanes en France voulant porter le burkini à tout prix. L’application britannique de rencontres entre musulmans, anciennement appelée Muzmatch, a annoncé, lundi 18 juillet, que les femmes choisissant de porter le maillot intégral pourront être remboursées si elles sont verbalisées pour port de burkini. A cet effet, elle déclare disposer d’un fonds de 25 000 euros.

« Sœurs musulmanes, il fait chaud dehors, allez nager tranquillement. Ne vous inquiétez pas, Muzz vous remboursera si vous êtes verbalisées pour port de burkini », lit-on sur la page d’accueil de leur site. « Les prévisions indiquent que cet été connaitra parmi les températures les plus élevées jamais recensées en France. Les citoyens de tout le pays vont se diriger vers le littoral et les piscines pour se rafraîchir. Mais beaucoup de femmes musulmanes devront faire un choix injuste – échapper à la canicule en nageant en bikini, ou payer une amende pour avoir choisi une tenue modeste », déclare Muzz. Précisons, entre autres, que le bikini n’est pas la seule tenue possible pour les musulmanes ou encore que le port du burkini n’est pas interdit dans les plages françaises.

Muzz poursuit en affirmant son soutien « à 100% (des) droits de toutes les femmes françaises dans leurs choix vestimentaires pour se baigner. Pour certaines femmes, c’est un bikini, pour beaucoup de musulmanes, c’est un burkini. C’est pourquoi cet été nous vous rembourserons toutes les amendes pour port de burkini en France ».

Le ministère de l’Intérieur réagit

Cette annonce, qui n’est pas sans rappeler des appels similaires lancés par l’homme d’affaires franco-algérien Rachid Nekkaz, est faite à l’heure où l’Europe subit de plein fouet de fortes chaleurs. Un mois après la décision du Conseil d’Etat visant le règlement intérieur des piscines municipales de Grenoble, elle n’a pas manqué d’être remarquée sur les réseaux sociaux, tout particulièrement du côté des groupes identitaires et d’extrême droite. Elle a aussi suscité l’attention du ministère de l’Intérieur pour qui une telle annonce est illégale, rapporte Le Figaro mercredi 20 juillet.

« Nous ne laisserons pas des organisations communautaristes structurer des dérives séparatistes au sein de notre République. Je signale ces agissements à la justice », a indiqué Gérald Darmanin sur Twitter pour confirmer la saisine de la justice par le ministère de l’Intérieur. Muzz déclare pour sa part à Actu Grenoble que « c’est une action pour aider, rien d’autre ». Il s’agit surtout d’une opération de communication dont les musulman-e-s de France se seraient bien passés.

Via
https://www.saphirnews.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page